Cours de Wing Chun

Redonner un contrôle et une compréhension de notre propre corps cours wing chun
et la façon dont il doit bouger en mariant les arts martiaux et la science.
Nous rétablissons une posture neutre fonctionnelle de sorte à réaligner
les différentes chaînes musculaires du corps.

Le corps humain étant une structure à tenségrité (stabilisé, non par une résistance imposée à ses composants, mais par la répartition des différentes contraintes mécaniques qui s’imposent), chaque exercice est prévu de sorte à respecter la cultivation de ces attributs.

Rappelons-nous que nous avons évolué pour surtout courir, sauter, lancer, nager et grimper. Si nous entraînons le corps avec comme optique d’améliorer ces fonctions, un fin observateur verra des principes communs au mouvement qui pourront mieux le guider dans son choix d’exercices.  Le but ici est donc de redonner au corps sa force et sa résistance naturelles par des exercices
qui vont améliorer les fonctions primaires du corps et de lui redonner son état homéostatique, augmentant grandement la qualité de vie des pratiquants ainsi que leurs mouvements.

  • Meilleure circulation sanguine
  • Meilleure régularisation du système endocrinien
  • Système immunitaire renforcé
  • Digestion plus efficace
  • Libido accrue
  • Sommeil plus réparateur
  • ect …

cours de wing chun
sont les effets que ma propre pratique a eu su mon corps en gardant spécifiquement
en tête les principes mentionnés ci-haut. Trop souvent j’ai entendu des récits de
pratiquants d’arts martiaux qui traînent des blessures chroniques, convaincus
qu’il est normal d’être blessé quand nous nous entraînons quand en fait,
je suis d’avis que notre pratique se doit d’augmenter la résistance et la qualité
de nos articulations sans les exposer à un stress pour lequel elles ne sont pas conçues.

Date:
Mardi et Jeudi
Heure: de 19h00 à 20h15 et
de 20h30 à 21h45

Coût:
60$/mois pour 1 cour semaine;
80$/mois accès illimité.
1er essai GRATUIT

Jast Aubin
Professeur d’arts martiaux
438-498-5633Couriel, Facebook

Qu’est ce que le Wing Chun ?

Le Wing Chun est un art martial basé sur des concepts, âgé de plus de 300 ans, originaire du temple Shaolin.
Quoi qu’il est difficile de valider ou d’infirmer les différentes hypothèses quant à ses origines,
le consensus général est que lors de la destruction du temple Shaolin par le gouvernement Qing,
la soeur Ng Mui s’évada et dut errer en pèlerinage pour un temps indéterminé.

cours de wing chunDurant ce temps, elle aurait vu une grue et un serpent (d’autres histoires disent un raton laveur, d’autres, un chat) et, au lieu d’imiter les animaux comme il est souvent de coutume dans les arts martiaux, elle s’inspira des principes derrière leurs mouvements pour définir sa pratique. Elle aurait ensuite rencontré une jeune femme, Yim Wing Chun, et lui aurait enseigné son art pour se défaire du harcèlement d’un prétendant non désiré, un seigneur de guerre des environs.

L’art s’est ensuite propagé par des pratiquants de renom, partout en Asie, par des dizaines de nouvelles lignées de maîtres inspirés par la beauté et simplicité du Wing Chun, (tel que le fameux Ip Man) qui devient rapidement l’art martial le plus pratiqué au monde.

Le Wing Chun demeure un joyau pour les arts martiaux et j’espère sincèrement pouvoir contribuer à améliorer sa pratique, à ma façon.

 


Mon parcours

Ma première exposition aux arts martiaux remontait à ma jeune enfance (environ 7 ans), durant laquelle mon père, un pratiquant de karaté Shotokan dans sa jeunesse, me montra quelques mouvements pour assouvir mon appétit féroce pour tout ce qui pouvait ressembler à Jet Li ou Jackie Chan.

J’ai réellement débuté mon entraînement à 13 ans, au dépends du karaté Kyokushin.  Je pratiquais avant et après le cours, y pensais toute la journée. J’ai gardé cette approche quasi obsessive (bon d’accord, obsessive) tout au courant de ma pratique et encore à ce jour, en passant par plusieurs styles, certains brièvement, d’autres, plus en longueur.

Bien sûr, toute cette pratique a typiquement un impact assez rigoureux sur les articulations et j’ai donc souvent eu à prendre du temps pour récupérer ou  simplement de ralentir mon rythme d’entraînement, pour cause de blessure.  Quelque chose devait changer pour que ma pratique soit durable. Entra alors en jeu la biomécanique.

J’ai commencé à m’investir sérieusement dans mon éducation sur tout ce qui a trait à la biomécanique et la physiologie il y a environ 5 ans. Je devais comprendre mon corps pour mieux le faire bouger. Par l’entremise de l’entraînement fonctionnel, tel que prescrit par Naudi Aguilar de functional patterns et la lecture de dizaines de livres, d’articles et d’innombrables vidéos visionnés et analysés, j’ai pu replacer mon corps de la façon qu’il se devait de l’être. Avec le temps et une meilleure compréhension, j’ai commencé à diviser des exercices qui allaient non seulement améliorer mes capacités au combat mais aussi améliorer les fonctions primaires du corps humain : la course, le saut, l’escalade, lancer, etc.

Mon incursion dans le Wing Chun commença en tandem avec mon intérêt pour la  biomécanique, il y a un peu plus de 5 ans. Débutant par une lignée Vietnamienne, j’y ai acquis de solides bases grâce à mon instructeur.

Ce n’est qu’en 2015 que je rencontrai Samuel Kwok,  via appel téléphonique pour une première entrevue. Il m’accepta comme étudiant pour éventuellement représenter la lignée Ip Man, popularisée par la série des films portant ce nom.

Ma pratique resta constante et je dû lui envoyer plusieurs vidéos pour valider ma progression. Quelques mois passèrent avant que je rencontre Sifu Daniel Iorio, de Chen Bing Taiji Canada, qui étudiait lui-aussi sous Samuel Kwok et qui devint mon « frère de lignée » de kung fu et par-dessus tout, un grand mentor. Étant un professeur d’expérience, il a pu valider beaucoup d’éléments de ma pratique et m’a aussi donné les outils nécessaires à ma lancée dans la vocation de professeur.

Après environ 1 an de pratique dans la lignée Ip Man, nous avons organisé un séminaire à Montréal et avons fait venir notre Sifu pour un entraînement temps plein.  À la fin de cette semaine, Samuel Kwok me donna l’autorisation de le représenter à titre de Sifu.

cours de wing chun

Après 17 ans dans le domaine, je peux affirmer que j’apprends tous les jours au courant de ma pratique et c’est ce qui en fait sa beauté : le travail incessant requis pour aller dans les hautes sphères de la maîtrise d’un art et personnelle, soit-elle physique ou émotionnelle.
Cette maîtrise se traduit dans tous les autres aspects de notre vie, autant dans les embouteillages pour aller au boulot que dans nos interactions avec d’autres gens.

Le bonheur commence toujours par soi-même, dans la mesure où il est  contagieux.
Pour faire une différence durable, commencer par réhabiliter notre corps à bien bouger aura comme effet de grandement améliorer la qualité de vie des pratiquants.


Comme Gandhi nous le prescrivait,nous nous devons d’être le changement que nous voulons voir dans le monde,
et un monde idéal pour moi en est un où nous traitons le corps avec le respect qu’il mérite.

En espérant vous voir bientôt et vous remerciant de votre intérêt.